Vendanges 2018

Une récolte plus belle malgré mildiou et sécheresse

L’année 2018 a été très compliquée dans une grande partie des vignobles français. Parmi les principales régions concernées par les intempéries, le sud-est et le sud-ouest qui ont dû subir la grêle parfois, des pluies très abondantes souvent et le mildiou qui s’est invité là où on ne l’attendait pas forcément. Heureusement, la vigne s’est montrée très productive cette année grâce a un été extrêmement ensoleillé. Au final, les vendanges sont en moyenne plus belles qu’on ne pouvait l’espérer et la plupart des vignerons s’estiment plutôt satisfaits : ils s’attendaient à pire…           

Au niveau national, la vigne française va donc produire un peu plus que prévu, confirmant 2018 comme un bon millésime, avec une production en hausse de 27% par rapport à la récolte de 2017 (+ 6 % si l’on se réfère cette fois à la moyenne des cinq années précédentes). Avec des hausses records dans certaines régions comme la Champagne et la BourgogneBeaujolais qui ont enregistré des rendements remarquables (respectivement +39% et +20% toujours par rapport à la moyenne des années précédentes).

Ce qui est loin d’être le cas dans les bassins du Languedoc-Roussillon et du Sud-Est qui font partie des vignobles affectés par le mildiou et qui présentent donc un panorama très hétérogène, masqué par une croissance globale.

  • Pour le Languedoc-Roussillon : – 2% par rapport à la moyenne des années précédentes ; + 18% par rapport à 2017 soit une production de 12,3 millions d’hl.
  • Pour le sud-est : – 11 % par rapport à la moyenne des années précédentes ; + 10 % par rapport à 2017 soit une production de 4,7 millions d’hl.

Quant à la production française dans son ensemble, elle est estimée par les services d’Agreste, organe de statistiques du ministère, à 46,7 millions d’hectolitres. Elle reste supérieure de 4 % à la moyenne des années 2012-2016. Si on prend en considération la récolte calamiteuse de 2017, on obtient alors une hausse record de 27 % de la production vinicole nationale.

Ce qui placerait en 2018 la France à la 2e place au niveau mondial parmi les nations vinicoles derrière l’Italie qui maintiendrait son leadership avec une récolte plus ou moins abondante selon les sources (entre 50 et 55 millions d’hl) et devant l’Espagne qui verrait sa production augmenter de 24 %, oscillant entre 43 et 44 millions hl. Le tout dans un contexte de hausse généralisée partout en Europe.