« Les médailles d’or dopent les ventes ! »

Tous les vignerons le savent : une médaille d’or collée sur une bouteille de vin dope les ventes dans les rayons des supermarchés (où s’écoule plus de 80 % de la production). Un avis partagé par le sommelier Daniel Chaussée qui a longtemps œuvré dans la grande distribution. Chez Auchan en particulier où il a été à l’initiative de nombreuses foires aux vins et où il a pu observer le comportement des clients tout au long de l’année.

 « Les concours de vin ont un succès fou tout simplement parce qu’ils correspondent à un besoin, affirme-t-il.  Car les médailles qu’ils décernent permettent aux  consommateurs peu calés en œnologie de s’y retrouver et d’être quasi sûrs de ne pas se tromper ». Parmi les centaines de bouteilles alignées sur les rayonnages, la médaille attire donc immanquablement l’œil du néophyte ; elle le rassure ! Dans le même temps, la médaille garantit au producteur un marché et lui permet de négocier ses prix à la hausse.

« Mais attention, rajoute Daniel Chaussée, il y a un petit bémol car toutes les médailles ne se valent pas. Le consommateur est très attiré par l’or, un peu moins par l’argent et encore moins par le bronze même si ces dernières  encouragent aussi l’achat. Dans le même ordre d’idée, lorsque paraît le Guide Hachette, tout le monde – mis à part quelques amateurs éclairés – se précipite sur les Coups de cœur en négligeant les autres vins cités dans le guide et qui méritent donc d’être dégustés ».

Reste la multiplication des concours (près d’une centaine chaque année en France) et le risque de voir ces médailles trop nombreuses se dévaluer elles-mêmes… « Nous n‘en sommes pas là. Les médailles on toujours la cote… même si les consommateurs sont parfois désorientés. Mais ils savent pour la plupart qu’ils peuvent faire confiance à certains concours plus qu’à d’autres, les plus réputés étant Paris et Macon. Mais il y en d’autres, plus régionaux comme celui d’Avignon, qui jouissent d’une belle renommée car ils ont su faire la preuve ces dernières années de leur sérieux ». Une réputation qui s’est forgée au fil des ans grâce au professionnalisme des membres du jury : plus de 300, professionnels et amateurs éclairés, pour ce qui concerne le Concours des vins d’Avignon.